6 mars 2013

Prologue


Il est précisément 4 h 56 du matin. C'est décidé, je me lance enfin dans la rédaction d’un roman digne des plus mauvaises séries B et auquel le hasard de la vie me fait participer malgré moi, ou devrai-je dire, malgré nous. Nous, c’est moi, Amélie, auteure de ce blog et Thomas mon compagnon. Ce récit, dont je suis spectatrice, sera celui des ces deux dernières années vécues par Thomas. Je ne suis pas écrivaine et je n’ai aucune poésie. Ne vous attendez donc pas à lire une prose théâtrale en alexandrins ou vous allez être déçu. J’essaierai de ne pas avoir la plume trop acerbe et d’être la plus juste, de glisser un tant soit peu d’humour dans cette histoire vraie pour ne pas la rendre lourde, austère ou pire gnangnan. Je ne sais pas encore comment mettre en images ce récit. Je bidouille des illustrations car j’aime faire sourire, je ne suis pas une bédéiste, le résultat stylistiquement parlant sera sûrement décevant mais je veux aller au bout des choses et surtout au bout de cette rédaction, « péter l’abcès » (aaah là c’est imagé sans devoir dessiner). Ceux qui me connaissent savent que je suis une révolutionnaire à tendance timide (oui Mônsssssieu les deux sont possibles) survoltée qui fait preuve d’un peu trop d’empathie et ne sait pas rester  muette devant une injustice.  J’ai toujours eu ce besoin de les aboyer au monde entier mais fais plus souvent du « bruit en coulisse » de peur de froisser les esprits ou blesser les gens. Les choses changent. Pour une fois, quoi de mieux que de m’exprimer sur mon propre blog pour narrer notre propre histoire ? Je suis peut-être en train de bousiller mon lectorat amelie1000volts en me lançant dans cette rédaction qui n'a rien à voir avec mes petites illus mais tant pis pour moi. La vie est un éternel recommencement :)

Ami, ami lecteur habitué ou de passage, sois le bienvenu dans le prologue de ce que j’appellerai Le Pot de Verre contre le pot de fer
Une histoire rebondie, peuplée de vautours et autres charognards imbus de pouvoir ayant la loi avec eux; les seigneurs contemporains. Ces personnages qui savent écraser les gens, les faire taire par pression, les ruiner en claquant des doigts, les pousser au suicide sans jamais être incriminés mais dont nous pouvons tout de même dénoncer les agissements.
Une histoire qui prend forme lors du décès du père de Thomas il y a bientôt deux ans et se terminera, nous l'espérons, bientôt en happy end.
Une histoire qui aura étonnemment permis la mise en place d'un projet de vie ambitieux et commun, notre magasin en ligne, et dans les prochains mois, notre magasin physique. 
Une histoire qui nous permette de voir que la vie est belle et amusante et que quelques indécrottables tâches ne ruineront pas notre tableau, foi de restauratrice!
Une histoire que doivent vivre d'autres personnes différemment. Profitons-en pour partager nos expériences et nous informer les uns les autres. "On est toujours moins con après", cette expression, je l'ai dite trop souvent cette année.

Je poste ces quelques lignes, il est fortement possible que je les regrette après quelques heures de sommeil. Thomas n’est pas encore au courant de cette décision nocturne…Thomas quand tu me liras, comme dirait Kaa, Aie confiannnnnnce  o   

Bon, c'est parti, je me lance, Cherrrr journaaaaal



Aucun commentaire :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...